1. Principe

D’après l’article 911-5 du Plan Comptable Général, le compte est considéré comme « la plus petite unité retenue pour le classement et l’enregistrement des mouvements comptables ». Il permet de suivre l’évolution d’un élément constitutif en termes monétaires du patrimoine ou d’un élément de l’activité de l’entreprise.
Les opérations sont préservées dans les comptes dont le titre correspond à leur nature. Toute opération comptable s’analyse en deux flux (partie double) dont l’un représente les ressources, et l’autre les emplois. Chaque nature de flux peut concerner un ou plusieurs comptes.

2. Le compte

2.1. Présentation

Il se présente sous la forme d’un tableau à deux colonnes où la partie gauche décrit le débit et la partie droite le crédit.
Dans les ouvrages de comptabilité, le compte a une présentation schématique dites en « T » par souci de simplification.

Partie double 1
Sous format informatisé, il se décrit de la manière suivante :

partie double 2

2.2. La nature des soldes

Un solde se définit comme la différence entre le total des sommes au débit et le total des sommes au crédit au cours d’une période donnée :

Solde = Total débit – Total crédit 

Remarque : un solde n’est jamais négatif, cela signifie qu’il n’est jamais précédé du signe (-).

Par conséquent, le solde peut avoir trois natures :

  • Nul : si le total côté débit est égal au total côté crédit ;
  • Débiteur : si le total côté débit est supérieur au total côté crédit ;
  • Créditeur : si le total côté débit est inférieur au total côté crédit. 

Le solde permet de connaître la situation d’un compte à une date donnée. Le solde de chaque compte est repris afin de mettre en place le bilan et le compte de résultat en fin d‘exercice.

3. La partie double

3.1. Principe

Le principal objectif de la comptabilité est de conserver toutes les opérations de l’entreprise qui sont susceptibles de modifier le patrimoine et ainsi pouvoir générer :

  • Une image fidèle de son patrimoine => donné par le bilan
  • Un film de son activité => donné par le compte de résultat

L’activité économique de la société se reflète par les opérations définies par des échanges et des transactions avec des tiers.

L’article 921-1 du Plan Comptable explique le principe de la partie double :
« Les écritures sont passées selon le système dit « en partie double ». Dans ce système, tout mouvement ou variation enregistré en comptabilité est représenté par une écriture qui établit une équivalence entre ce qui est porté au débit et ce qui est porté au crédit des différents comptes affectés par cette écriture ».

3.2. Les notions emplois et ressources

3.2.1. L’analyse des flux

Chaque opération se caractérise par un double flux :

  • Un flux de biens ou de services
  • Un flux monétaire ou financier

La société diffère :

  • Les mouvements de biens ou d’entreprise => le flux est dit réel
  • Le transfert de monnaie => le flux est dit financier

Prenons l’exemple de la société INVIVOO voulant acheter des ordinateurs de la marque Asus :

partie double 3
Ce type d’opérations se produit assez fréquemment au cours de l’activité de l’entreprise, c’est pourquoi le travail d’un comptable est important. En effet, il peut analyser et interpréter ces différents flux.

Toute opération réalisée par la société, on différencie :

  • La ressource : représente le moyen de financement, c’est-à-dire l’origine du flux ;
  • L’emploi : représente l’utilisation du financement, c’est-à-dire la destination du flux. 

A partir de l’analyse des opérations de type « emploi/ressource », il en découle l’égalité économique suivante pour n’importe quelle opération :

Emploi = Ressources

 3.2.2. L’imputation des opérations dans les comptes

Comme expliqué auparavant, chaque opération comptable est enregistrée dans les comptes affectés à chaque catégorie d’opération par le Plan Comptable Général, et est comptabilisé sous deux aspects qui sont la ressource et l’emploi. Ce qui implique qu’elle va impacter deux comptes différents au minimum :
– Un compte pour répertorier la ressource ;
– Un autre compte pour l’emploi.

Remarque :

partie double 4

3.2.3. Traduction comptable

La traduction comptable se décompose en quatre étapes :

  1. Déterminer : ce qui représente la ressource et l’emploi
  2. Identifier : les comptes concernés par le Plan Comptable Général
  3. Mouvementer : les comptes de ressources et ceux de l’emploi
  4. Vérifier : qu’il existe une égalité entre le débit et le crédit

Exemple 1 : INVIVOO achète plusieurs ordinateurs au prix total de 5000 € qu’elle règle par chèque.

partie double 5
Exemple 2 : Vente de marchandise à crédit 36 000 €

partie double 6
3.3. La partie double et la double détermination du résultat

3.3.1. Principe

Les comptes enregistrent en valeur monétaire les mouvements des opérations :

  • Mouvements qui augmentent la valeur des comptes ;
  • Mouvements qui diminuent la valeur des comptes. 

Le mécanisme de la partie double peut également se définir à partir de l’égalité ci-dessous :

partie double 7

3.3.2. L’imputation des opérations dans les comptes

Afin de conserver les relations mentionnées ci-dessous, il faut absolument que :

  • Les comptes de charges et d’actifs fonctionnement de la même manière ;
  • Les comptes de produits et de passifs fonctionnement de la même manière, mais en sens inverse des comptes de charges et d’actifs.

Par convention :

  • Les comptes d’actifs et ceux de charges représentent les emplois :
    o Ils augmentent au débit ;
    o Ils diminuent au crédit.
  • Les comptes de passifs et ceux de produits représentent les ressources :
    o Ils augmentent au crédit ;
    o Ils diminuent au débit.

3.3.3. Les étapes de la traduction comptable

La traduction comptable se décompose en quatre étapes :

  1. Identifier : les comptes concernés par le Plan Comptable Général
  2. Rechercher : leur appartenance à un tableau de synthèse
  3. Mouvementer : les comptes en appliquant les règles de fonctionnement
  4. Vérifier : qu’il existe une égalité entre le débit et le crédit

Exemple 1 : Emprunt à la banque de 15 000 €

partie double 8Exemple 2 : Achat de timbres en espèces de 30 €

partie double 9
Remarques :
– Une opération n’impliquera nécessairement pas une augmentation d’un compte et une diminution d’un autre compte ;
– Deux comptes impactant la même opération peuvent augmenter ou diminuer ensemble. En revanche, on constate au minimum un compte débité et un autre compte crédité ;
– A tout compte de charges débité ou crédité correspond un compte de bilan crédité ou débité ;
– A tout compte de produits crédité ou débité correspond un compte de bilan débité ou crédité ;
– Deux comptes de bilan peuvent fonctionner entre eux.