Invivoo est membre fondateur parmi trente six entreprises du secteur de la « FinTech » française ont décidé de se regrouper dans une association qui puisse les fédérer et les représenter : France FinTech. Cette nouvelle association a vocation à accueillir l’ensemble des entreprises utilisant des modèles opérationnels, technologiques ou économiques innovants et disruptifs, visant à traiter des problématiques existantes ou émergentes de l’industrie des services financiers.

 

LA FINANCE DIGITALE FRANÇAISE AFFICHE SES AMBITIONS

Paris, le 11 juin 2015 – Trente six entreprises du secteur de la « Fintech » française ont décidé de se regrouper dans une association qui puisse les fédérer et les représenter : France Fintech.

Cette nouvelle association a vocation à accueillir l’ensemble des entreprises utilisant des modèles opérationnels, technologiques ou économiques innovants et disruptifs, visant à traiter des problématiques existantes ou émergentes de l’industrie des services financiers.

Le secteur Fintech français est particulièrement dynamique, comprenant un tissu déjà dense de jeunes entreprises couvrant l’intégralité du spectre des services financiers : banque, assurance, investissement, gestion d’actifs, paiements, conseil, etc.

Les Fintech aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne notamment ont déjà fédéré leur écosystème afin de lui donner une visibilité mondiale. La France, terre historique d’innovation dans le secteur se devait de promouvoir ses principaux atouts: ses startups les plus innovantes. C’est l’ambition de France Fintech.

Pour Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat chargée du Numérique, « Les défis auxquels fait face l’industrie financière sont ceux de toute notre économie. Pour que cette industrie soit un acteur de la révolution numérique, il faut de la simplicité, de la confiance et un soutien résolu aux start-ups et à l’innovation française. Le gouvernement a aussi besoin que le secteur se structure. C’est tout le sens de la création de l’association France Fintech, que je salue. »

Michel Sapin, Ministre des Finances et des comptes publics, salue également la création de cette association : « La Fintech est un enjeu majeur pour le développement de services financiers innovants pour tous ; les consommateurs ont tout intérêt à ce que de nouveaux acteurs bousculent les acteurs établis du secteur financier ».

« Les Français ont des talents reconnus en finance et en mathématiques-ingénierie. Il n’est pas étonnant que le mariage des deux savoir-faire, la Fintech devienne un de leurs domaines d’excellence. Les Fintech françaises s’imposent de plus en plus dans le paysage national et international. Leur importance nouvelle, leurs succès, l’émergence de sujets spécifiques rendaient nécessaire la création d’une association. C’est désormais chose faite » précise Alain Clot, président de l’association France Fintech.

Les principales missions de France Fintech seront donc les suivantes :

  • Promouvoir la FinTech française en France et à l’étranger,
  • Représenter le secteur auprès des pouvoirs publics, des médias, des investisseurs, des acteurs historiques du secteur financier, des centres de recherche, etc.
  • Partager l’expérience, de connaissances et d’information au sein de la communauté,
  • Assurer les relations avec les autres associations du secteur digital en France et à l’étranger.

Présidée par Alain Clot, l’association France Fintech sera animée par un comité directeur composé de 7 membres (Benoît Bazzocchi, Cyril Chiche, Olivier Goy, Jonathan Herscovici, Céline Lazorthes, Nicolas Marchandise, Cédric Teissier).

Les sociétés suivantes sont membres fondateurs de l’association : Advize, Alphametry, Alternativa, Anatec, Bankin, Bolden, Credit.fr, Early Metrics, EosVenture, Evollis, Finance Active, Finexkap, Fluo, France Barter, FundShop, Infotrie Financial Solutions, Invivoo Software, Kantox, Ledger, Leetchi, Lendix, Lendosphère, Lingua Custodia, Linxo, Lydia Solutions, Pandat, Paymium, PayTop, Prêt d’Union, Prexem, ScaledRisk, Slimpay, Smart Angel, Smile & Pay, The Assets, Yomoni.