Si vous êtes un développeur, un business analyst ou un chef de projet, vous savez certainement déjà ce que sont l’agilité et le Scrum Master en comparaison au classique cycle en V.

Si vous n’êtes pas familier avec les projets Scrum, vous pouvez consulter cet article.

Des cycles de 2 à 4 semaines, définir une trajectoire pour le prochain sprint en utilisant le backlog, des morning meeting de 15 minutes… 1 équipe, 1 Scrum Master, 1 Product Owner etc…

En lisant différents articles sur le web, j’ai eu l’impression qu’il y avait une erreur fréquente au sujet des rôles dans un projet Scrum.

En effet, les articles en ligne oublient souvent un point essentiel au sujet des rôles Scrum. Cela explique à mon avis pourquoi certains projets manquent en quelque sorte un point précis. Voyons quel est-il juste en dessous.

Le Scrum Master n’est pas un manager

Oui il est important de le répéter, le Scrum Master n’est pas un manager. C’est un facilitateur. L’idée générale derrière le cadre méthodologique Scrum est que l’équipe prend chaque décision. Le Scrum Master ne distribue pas les tâches. Les membres de l’équipe devraient être autorisés à contribuer avec n’importe laquelle de leurs compétences du moment que cela sert le projet.

Si vous n’y êtes pas habitué, c’est très difficile d’imaginer une équipe travailler sans le moindre chef. Et pourtant c’est bien l’ambition d’un projet Scrum. Pour que cela fonctionne correctement, cela suppose que l’équipe puisse travailler sans aide extérieure en dehors du Product Owner. Cela suppose aussi que tous les membres de l’équipe soient suffisamment expérimentés.

Et pourquoi aucun manager ?

Vous allez nous demander « Pourquoi ne devrait-il y avoir aucun manager ? » Tout simplement parce que l’équipe est supposée être agile (avec un « a » minuscule), parce que chaque membre de l’équipe est supposée être en mesure de suggérer des idées de manière franche et directe. Enfin et surtout, les membres de l’équipe doivent se sentir également impliqués dans le projet et ils devraient tous se sentir responsables à parts égales dans le succès du projet.

En ce qui me concerne, je n’ai jamais vu une équipe fonctionner vraiment de cette façon. Il y a toujours un manager qui distribue les tâches et qui prend les décisions finales. Il y a toujours certains membres de l’équipe se contentant de faire « leur part du boulot ». En conséquence, les projets perdent un peu de l’agilité qui était recherchée via la méthodologie Scrum.

Soyez rassurés parce que perdre un peu d’agilité ne signifie pas qu’un projet va échouer. De plus, c’est mon opinion qu’un manager est nécessaire dès lorsque l’équipe toute entière n’est pas suffisamment expérimentée.

Vous pouvez partager vos expériences sur des projets Scrum via les commentaires ci-dessous.